Coronavirus (COVID-19)
|
En savoir plus

Un collecteur de fonds et survivant du cancer transforme sa passion pour le cyclisme en chaîne de vie pour les patients

Pour bien des gens, les souvenirs d’enfance les plus vifs sont souvent des fêtes d’anniversaire ou le premier jour d’école, mais pour Neill Spencer les moments les plus mémorables sont les collectes de sang et les collations sucrées.  

Inspiration
13 août 2020
Neill Spencer posing for bike

Lorsqu’il était enfant, Neill avait l’habitude d’accompagner son père à ses rendez-vous de don de sang. À un très jeune âge, il savait déjà comment on transformait le sang en produits sanguins et connaissait son pouvoir de sauver des vies. Neill avait toujours imaginé qu’un jour, lorsqu’il serait en âge, il deviendrait lui aussi un donneur de sang.

Malheureusement, il n’en a jamais eu l’occasion.

En 2010, peu de temps après avoir atteint l’âge minimum requis pour le don de sang, Neill a appris qu’il avait la leucémie. Ainsi, au lieu de pouvoir faire le don de vie, il devait maintenant compter sur les produits sanguins pour survivre.

Pendant son traitement, Neill a eu besoin de plus d’une douzaine de transfusions de sang et de plaquettes pour rester en vie. En 2014, son cancer a récidivé. Cette fois, le cycliste a subi une greffe de cellules souches qui lui a sauvé la vie.

Aujourd’hui, Neill est heureusement en bonne santé et il n’a plus le cancer, mais en raison de sa maladie, il ne peut toujours pas donner de sang. La plupart des gens qui ont eu le cancer peuvent donner du sang s’ils sont guéris depuis au moins cinq ans. Par contre, lorsqu’il s’agit d’un cancer du sang comme la leucémie ou un lymphome, ils demeurent non admissibles.

Considérant l’impact des produits sanguins sur sa propre vie, Neill a toujours voulu redonner à la société d’une façon quelconque. Lorsqu’il a appris plus tôt cette année que la Société canadienne du sang faisait face à une vague d’annulations des rendezvous pour le don de sang à cause de la pandémie de COVID-19, il a trouvé une solution ingénieuse pour aider.

En juin 2020, pour appuyer la Société canadienne du sang, il a décidé de lancer une campagne de financement alliant sa passion pour le cyclisme et sa motivation d’aider des patients qui ont besoin de produits sanguins.

Inspiré par le 40e anniversaire du Marathon de l’Espoir de Terry Fox, Neill s’est donné le défi de parcourir 160 km à vélo chaque semaine pendant 20 semaines. En retour, il demande à ses amis, à sa famille et aux membres de sa communauté de récompenser ses efforts en faisant un don en argent à la Société canadienne du sang. Son but est de recueillir 1 $ pour chaque kilomètre franchi.

D’ici le 18 octobre, Neill prévoit avoir parcouru au moins 3 200 kilomètres dans sa ville de Dartmouth, en Nouvelle-Écosse, et aux alentours. Il espère donc amasser un minimum de 3 200 $ afin de soutenir les programmes et les initiatives de la Société canadienne du sang. Il aimerait tout particulièrement que ses efforts aident à soutenir les activités de recrutement des donneurs pendant la pandémie de COVID-19.

Vous songez à lancer votre propre campagne de financement?

Au moyen de notre portail en ligne (give.blood.ca/diy_fr), vous pouvez facilement créer une page dynamique – personnelle ou de groupe – en tant qu’aspirant collecteur de fonds. Vous aurez ainsi tout ce qu’il faut pour communiquer votre objectif de campagne, suivre la progression des dons et envoyer des messages aux personnes que vous désirez remercier.

Le portail propose également des ressources utiles qui vous facilitent la tâche pour promouvoir votre campagne en ligne ou votre activité virtuelle sur les réseaux sociaux et pour expliquer aux donateurs potentiels de quelle façon leurs dons en argent aideront à sauver la vie de patients canadiens.

Neill encourage aussi les participants à sa campagne qui sont admissibles au don de sang à faire eux-mêmes un don de sang, en complément à leur contribution financière.

« L’inspiration d’organiser cette collecte de fonds me vient de mon vécu. J’aime redonner à des organisations qui me tiennent à cœur, et l’expérience est d’autant plus intéressante qu’elle me donne la possibilité de combiner mes passe-temps et mes intérêts », commente Neill.

« J’adore faire du vélo, alors je me suis dit que ce défi m’apporterait une satisfaction personnelle tout en ayant un impact sur la vie de patients. »

Neill est en bonne voie d’atteindre son objectif. Chaque fois qu’il fait un tour, il parcourt en moyenne 30 à 60 km, et il a déjà amassé plus de 2 000 $ alors qu’il n’en est qu’à mi-chemin de son défi.

Compte tenu du succès précoce de son initiative, Neill affirme qu’il songe déjà à d’autres moyens de se dépasser l’an prochain, car il espère que cette campagne de financement deviendra une activité annuelle.

« Il est possible que je doive réduire mon objectif, mais pour le moment je pense parcourir 100 km par jour pendant 100 jours l’an prochain », avance-t-il.

« J’aime me dépasser, et je serai toujours reconnaissant envers la Société canadienne du sang et les donneurs de sang de m’avoir sauvé la vie et de m’avoir aidé à recouvrer suffisamment la santé pour le faire. »

Image
Neill Spencer in Ride to conquer


L’impact positif de nos collecteurs de fonds

Chaque jour, des gens incroyables comme Neill choisissent de canaliser leurs passions et leur créativité en organisant des campagnes de financement dans l’espoir d’améliorer les conditions de vie de patients partout au pays.

Lorsque les gens rallient leurs amis, leur famille, leurs collègues et les membres de leur communauté autour de collectes de fonds entre pairs (ou à faire soi-même) à l’appui de la Société canadienne du sang, ils aident à sauver des vies.

Les dons en argent faits à la chaîne de vie du Canada renforcent nos programmes nationaux et nos initiatives qui permettent aux patients d’avoir accès à des produits et des services vitaux lorsqu’ils en ont besoin.

Les contributions financières nous aident à recruter les donneurs de sang de demain, à créer un registre de cellules souches diversifié, à renforcer le système de don et de greffe d’organes et de tissus et à mener des études de calibre mondial en médecine transfusionnelle et transplantatoire. Les donateurs nous offrent surtout la possibilité de nous adapter aux besoins changeants des patients et à la transformation du milieu de la santé.

Les personnes qui ne sont pas admissibles au don de sang ou qui désirent accroître leur impact et inspirer leur communauté peuvent lancer leur propre campagne de financement. C’est une façon amusante et sympathique de poser un geste concret pour la vie.

Durant cette période où certaines collectes de fonds traditionnelles en personne (courses amicales, fêtes d’anniversaire, tournois de golf, etc.) ne peuvent avoir lieu en raison de la pandémie de COVID-19, de nombreux partisans de la cause, comme Neill, relèvent le défi en proposant des campagnes en ligne novatrices et des activités virtuelles.

Share this story

ShareTweetShare

Sur le même sujet