La santé et la sécurité des donneurs

La sécurité est au cœur de toutes nos activités parce que des vies en dépendent. Le système d’approvisionnement en sang et en produits sanguins du Canada est reconnu comme l’un des plus sûrs au monde, et pour nous, la santé et la sécurité des donneurs, à qui nous devons cette ressource vitale, sont d’égale importance.

Avant ou pendant votre don, vous serez invité à lire un dépliant contenant d’importantes informations sur la santé et la sécurité liées au type de don que vous vous apprêtez à faire. Pendant votre rendez-vous, on vous demandera de confirmer que vous avez lu et compris ce dépliant. Vous pourrez alors poser vos questions, si vous en avez. Vous pouvez également consulter les dépliants en cliquant sur les liens ci-dessous. Ces liens sont suivis d’une série de questions et réponses sur la sécurité. Si vous avez des questions auxquelles nous ne répondons pas ici, appelez-nous au 1 866 JE DONNE ou écrivez-nous.

Ce que vous devez savoir avant de donner du sang
Ce que vous devez savoir avant de donner du plasma et des plaquettes
Ce que vous devez savoir avant de donner du plasma aux centres de donneurs suivants : Sudbury (900, boul. Lasalle), Lethbridge (3735, prom. Mayor-Magrath Sud), Kelowna (2271, av. Harvey — centre d’achat Orchard Park)

Questions posées fréquemment au sujet de la sécurité relative au don de sang

Quels sont les risques associés au don de sang, de plasma ou de plaquettes?

Le don de sang, de plasma et de plaquettes est très sûr pour les donneurs admissibles. Le tableau ci-dessous présente des exemples de réactions observées chez un petit nombre de donneurs et de l’information en matière de prévention et de traitement. Les réactions indésirables graves au don de sang ou au don de plasma et de plaquettes sont rares.

Réaction

Mesure préventive ou traitement recommandé

Réaction allergique au matériel

  • Si vous êtes allergique au latex, à la poudre des gants médicaux ou au désinfectant pour la peau, prévenez-nous. Nous pouvons adapter nos pratiques pour prévenir une réaction allergique. Une éruption cutanée est un signe courant de réaction allergique.
  • Pour éviter une éruption cutanée au point de ponction, nous vous recommandons d’enlever le pansement après votre arrivée à la maison et de nettoyer la peau avec de l’eau et du savon.

Douleur ou engourdissement dans le bras

  • Si vous éprouvez de la douleur ou un inconfort dû à l’aiguille après le pincement initial au point de ponction, prévenez un membre de l’équipe. Le don ne doit pas être douloureux.
  • Après votre départ du centre de donneurs, consultez un professionnel de la santé si vous ressentez de la douleur, des picotements ou un engourdissement dans le bras, qui s’aggravent ou qui vous inquiètent. Veuillez également nous signaler ces symptômes au 1 866 JE DONNE.

Bleu ou rougeur au point de ponction

 

  • Pour prévenir un bleu, évitez de soulever tout objet lourd (en particulier avec le bras utilisé pour le prélèvement) pendant environ 24 heures après le don.
  • S’il y a de l’enflure, appliquez de la glace par intermittence.
  • Prenez de l’acétaminophène (Tylenol) pour soulager la douleur.
  • Consultez un professionnel de la santé si vous avez un bleu accompagné d’une douleur, enflure, sensibilité ou rougeur croissante ou d’un début de fièvre. Veuillez également signaler vos symptômes à la Société canadienne du sang en appelant au 1 866 JE DONNE.

Sensation de faiblesse, étourdissements ou nausées; évanouissement ou spasmes musculaires

 

Avant votre don

  • La veille de votre don, faites-en sorte de passer une bonne nuit de sommeil.
  • Le jour du don, prenez un bon repas et buvez beaucoup de liquides.
  • Juste avant le don, buvez 500 ml d’eau ou de jus et mangez quelque chose de salé. REMARQUE : Pendant l’application des mesures liées à la pandémie de COVID-19, nous avons suspendu la distribution de collations salées et de breuvages dans les centres de donneurs. Veuillez donc apporter votre propre collation et la consommer juste avant d’entrer dans nos locaux.

Pendant votre don

  • Pendant un don de sang, les exercices d’étirement musculaire peuvent vous aider à vous sentir bien.
  • Prévenez-nous sans attendre si vous avez des étourdissements ou ne vous sentez pas bien. Des symptômes tels que l’anxiété, la transpiration et la nausée sont des signes précurseurs d’évanouissement, et le personnel est formé pour aider. Selon la nature de vos symptômes, le personnel pourrait appliquer une compresse froide sur votre front, élever vos pieds ou prendre d’autres mesures.

Après votre don

  • Restez dans votre fauteuil jusqu’à ce qu’un membre du personnel vous dise que vous pouvez partir. Il est recommandé d’attendre au moins deux minutes.
  • Nous vous recommandons d’attendre une quinzaine de minutes avant de quitter le centre. Prenez une collation et un breuvage pour vous réhydrater. Si vous vous sentez faible, allongez-vous ou asseyez-vous en gardant la tête entre les genoux pendant quelques minutes. Prévenez le personnel si vous ne vous sentez pas bien et demeurez assis(e).
  • Si vous vous sentez faible en conduisant, rangez-vous prudemment sur le bas-côté et attendez. Ne repartez qu’une fois en pleine possession de vos moyens.
  • Buvez beaucoup de liquide, comme de l’eau ou du jus, pendant tout le reste de la journée et évitez les boissons alcoolisées, car elles sont déshydratantes.
  • Évitez toute activité intense pendant six à huit heures après le don. Cela peut contribuer à la déshydratation et à une baisse de la pression artérielle et ainsi provoquer des étourdissements et des évanouissements.
  • Les personnes exerçant un métier qui les expose à un risque en cas d’évanouissement (comme conduire un autobus ou manipuler du matériel lourd) pourraient avoir besoin d’un peu plus de temps avant de reprendre le travail.

Après votre rendez-vous, si vous vous évanouissez et que vos symptômes persistent, s’aggravent ou vous préoccupent, consultez un professionnel de la santé. Veuillez également nous signaler ces symptômes en nous téléphonant au 1 866 JE DONNE.

Symptômes inhabituels chez les donneurs de plasma et de plaquettes : picotements autour de la bouche, frissons, sensation de lourdeur dans la poitrine, difficulté à respirer, douleur thoracique, mal au dos ou inconfort général

  • Prévenez les membres de l’équipe si vous avez un de ces symptômes (qui peuvent être attribuables aux additifs ajoutés à la solution utilisée pour vous réinjecter vos globules rouges). Ils peuvent ralentir le prélèvement ou vous donner des comprimés de calcium.

Réactions indésirables rares

Voir les réponses aux questions Les donneurs peuvent-ils subir un préjudice grave en rapport avec le don de sang? et Que puis-je faire pour réduire au minimum les risques associés au don de sang? 

 

 

Les donneurs peuvent-ils subir un préjudice grave en rapport avec le don de sang?

Les préjudices graves ou durables liés à un don sont très rares chez les donneurs de sang, de plasma ou de plaquettes. On observe des effets indésirables graves dans moins d’un don sur 10 000. Voici des exemples de réactions indésirables graves :

  • Douleur ou engourdissement durable au bras. Certains nerfs à proximité des vaisseaux sanguins du bras peuvent être endommagés par l’aiguille pendant le don. La douleur causée par une telle blessure s’arrête souvent tout de suite après le don, mais dans de rares cas, elle peut persister pendant des jours ou même des mois. Une incapacité permanente liée à une lésion nerveuse causée par une aiguille est extrêmement rare.
  • Infection au point de ponction. Pour prévenir cette réaction, on nettoie la peau avec un désinfectant au point de ponction, juste avant d’insérer l’aiguille.
  • Blessures liées à des chutes provoquées par un évanouissement, comme une fracture, une lésion dentaire ou une commotion. Pour prévenir les évanouissements et les blessures qui peuvent en résulter, suivez les conseils énoncés sous la question Quels sont les risques associés au don de sang, de plasma ou de plaquettes?

Certaines complications graves se produisent beaucoup plus rarement qu’une fois sur 10 000 dons. L’une d’elles est la perforation d’une artère, qui survient lorsqu’on insère l’aiguille dans une artère plutôt qu’une veine. Ce genre de complication arrive arrive très rarement, et le personnel des centres de donneurs est formé pour y faire face. La grande majorité des gens qui vivent cette expérience n’ont pas de séquelles à long terme.

La formation d’une bulle d’air bloquant la circulation dans un vaisseau sanguin est une complication exceptionnellement rare associée au don de plasma et de plaquettes. Afin de prévenir cette complication, notre équipement surveille la tubulure en permanence pour déceler les bulles d’air. La Société canadienne du sang n’a enregistré aucun cas de cette complication.

Le personnel des centres de donneurs est formé pour repérer les signes de réactions et de blessures qui peuvent survenir pendant le prélèvement et pour intervenir de manière appropriée.

Quelles mesures de sécurité la Société canadienne du sang peut-elle prendre pour réduire le risque de préjudice associé au don?

Nos critères d’admissibilité visent à protéger la sécurité de nos donneurs de sang, de plasma et de plaquettes ainsi que la sécurité de l’approvisionnement en sang. Pour être admissibles au don, les donneurs doivent être en bonne santé et répondre à des exigences en matière de taille et de poids. Au moment du rendez-vous, nous vérifions votre taux d’hémoglobine pour réduire le risque de carence en fer associé au don, et votre température pour nous assurer que vous ne faites pas de fièvre (qui est un signe d’infection). Nous pourrions aussi mesurer votre tension artérielle.

Pour le prélèvement de sang, de plasma ou de plaquettes, nous utilisons une aiguille stérile à usage unique. De plus, le personnel des centres de donneurs est formé pour surveiller les signes de malaise et le déroulement de la procédure, et pour intervenir en cas de problème. Les employés qui supervisent les prélèvements reçoivent une formation théorique et pratique de la Société canadienne du sang, qui s’ajoute à toute formation et expérience antérieure en phlébotomie qu’ils pourraient avoir.

Les donneurs de sang deviennent-ils carencés en fer?

Les donneurs de sang perdent du fer à chaque don, ce qui, à la longue, peut entraîner une carence en fer. Les personnes les plus à risque sont les jeunes donneurs (de 17 à 25 ans), les femmes qui ont leurs règles et les personnes qui donnent fréquemment (deux fois par année pour les femmes et trois fois pour les hommes). Il est toutefois possible de prévenir la carence en fer associée au don de sang.

Si vous faites plus de deux dons par an, parlez à votre médecin de la possibilité de mesurer vos réserves de fer (ferritine) et de prendre des suppléments de fer. Bien que nous mesurions votre taux d’hémoglobine chaque fois que vous faites un don, il est important de savoir que le résultat au test d’hémoglobine peut être normal même si vos réserves de fer sont basses. Par conséquent, nous recommandons à tous les donneurs d’adopter une alimentation riche en fer.

Une carence en fer qui n’est pas traitée peut mener à de l’anémie (faible taux d’hémoglobine). Les symptômes de l’anémie peuvent être une grande fatigue et une diminution des capacités physiques.

Dans les dons de plasma et de plaquettes, les globules rouges sont réinjectés au donneur durant le processus, ce qui réduit les risques de devenir carencé en fer. Au fil du temps toutefois, le prélèvement de sang pour les analyses peut tout de même entraîner une carence. Si vous donnez souvent, demandez à votre médecin si vous devriez prendre des suppléments de fer, et s’il serait bon de vérifier vos réserves de fer.

Pour en savoir plus sur le fer et les divers moyens de prévenir une carence, consultez nos pages traitant du fer et de l’hémoglobine.

Que puis-je faire pour réduire au minimum les risques associés au don de sang?

Il y a de nombreuses choses que les donneurs de sang, de plasma et de plaquettes peuvent faire pour réduire les risques d’effets indésirables. Voici quelques exemples :

  • Si vous avez des étourdissements ou ne vous sentez pas bien, dites-le-nous.
  • Si vous éprouvez de la douleur ou un inconfort dû à l’aiguille après le pincement initial au point de ponction, prévenez un membre de l’équipe. Le don ne doit pas être douloureux.
  • Pour prévenir les évanouissements et les blessures qui peuvent en résulter, suivez les conseils énoncés sous la question Quels sont les risques associés au don de sang, de plasma ou de plaquettes?
  • Évitez les exercices et les activités intenses pendant six à huit heures après le don.
  • Évitez de soulever des objets lourds pendant environ 24 heures après le don pour éviter un nouveau saignement au point de ponction et l’aggravation de toute contusion.
  • Pendant que vous donnez du plasma ou des plaquettes, prévenez un membre de l’équipe si vous avez des symptômes inhabituels : picotements autour de la bouche, frissons, sensation de lourdeur dans la poitrine, difficulté à respirer, douleur thoracique, mal au dos ou inconfort général. Certains de ces symptômes peuvent être atténués en ralentissant le prélèvement.

Après votre rendez-vous, consultez un professionnel de la santé si :

  • vous vous évanouissez et si vos symptômes persistent, s’aggravent ou vous inquiètent;
  • vous avez un bleu accompagné d’une douleur, enflure, sensibilité ou rougeur croissante ou d’un début de fièvre;
  • vous ressentez de la douleur, des picotements ou un engourdissement dans le bras, qui s’aggravent ou qui vous inquiètent.

Nous demandons également aux donneurs de nous signaler ces symptômes en téléphonant à la Société canadienne du sang au 1 866 JE DONNE.

Pour savoir comment prévenir et traiter les réactions indésirables, voir la question Quels sont les risques associés au don de sang, de plasma ou de plaquettes? 

Comment la Société canadienne du sang gère-t-elle les risques associés à la COVID-19 dans les centres de donneurs?

Nous avons pris de nouvelles mesures de contrôle sanitaire dans tous nos centres de donneurs pour empêcher la propagation du virus de la COVID-19 chez nos donneurs, nos employés et nos bénévoles.