Coronavirus (COVID-19)
|
En savoir plus

« Je fais en sorte que les donneurs se sentent les bienvenus. »

Ken Walker donne le sourire aux donneurs, même derrière leur masque. 

Inspiration
24 juillet 2020
Ken Walker helps keep donors smiling behind their masks

Durant la pandémie de COVID-19, nous vous faisons découvrir l’histoire de nos employés en première ligne. Ken Walker est un représentant des services aux donneurs à London, en Ontario.

Je me suis joint à la Société canadienne du sang il y a 12 ans; j’avais 50 ans. Avant cela, je travaillais au sein du service à la clientèle d’une banque, où je passais la majorité de mon temps au téléphone. Ici, je rencontre les gens en personne. Si vous aimez parler aux gens, comme moi, c’est un travail formidable. Si un nouveau donneur se sent un peu nerveux (beaucoup de gens ont peur des aiguilles!), j’arrive souvent à le faire rire.

En tant que représentant des services aux donneurs, je me considère comme un agent d’accueil. Nous sommes généralement les premières personnes que vous rencontrerez à votre arrivée au rendez-vous dans un centre de donneurs ou lors d’une collecte. Je fais en sorte que les donneurs se sentent les bienvenus. Je vérifie leur identité, je réponds à leurs questions non médicales, je fixe leur prochain rendez-vous et je les oriente vers la prochaine étape. C’est important d’être courtois. Si on a l’air triste ou de mauvaise humeur, on transmet ces émotions aux donneurs pour le reste de leur visite.

« Les donneurs ont été très compréhensifs »

À London, nous avons un centre de don de plasma et comme les donneurs de plasma reviennent très fréquemment, je finis par bien les connaître. Nous accueillons également des groupes qui font un don pour une personne malade qui a besoin de produits sanguins, ou en l’honneur d’une personne décédée. Il arrive parfois que je rencontre le patient : un petit garçon ou une petite fille qui a le cancer. Mais les gens qui participent à ces dons collectifs ne sont pas tristes, ils posent un beau geste et passent du bon temps.

Malheureusement, il nous a fallu faire des changements à cause de la pandémie. Pour les dons collectifs, les personnes doivent prendre des rendez-vous individuels; elles ne peuvent plus se rassembler à une table pour profiter des collations pendant leur visite. Ce sera bien de retrouver cette ambiance, mais pour l’instant, il faut protéger tout le monde. Pour moi, ça se traduit par du nettoyage supplémentaire! J’ai aussi été formé à m’occuper de nos nouveaux postes de contrôle sanitaire, où nous posons quelques questions aux donneurs et prenons leur température avant leur rendez-vous.

Et nous portons tous des masques. C’est difficile, car je porte des lunettes de lecture, et elles s’embuent sans arrêt. Mais les donneurs ont été très compréhensifs. Ils aiment les masques rouges que nous avons distribués. Ils leur rappelleront le jour où ils ont donné du sang, en pleine pandémie.

Image
Ken at cottage


Qu’est-ce que je fais pour prendre soin de moi? Je vais au chalet le plus souvent possible. Je suis une personne active. Parfois trop! Je me tiens toujours occupé.

Share this story

ShareTweetShare

Sur le même sujet