Accueil
1 866 JE DONNE(1 866 533-6663)
COLLECTESDONNEURSBÉNÉVOLESHÔPITAUXSALLE DES MÉDIASÀ NOTRE SUJETCARRIÈRES
Trouvez une collecte :  search Cherchez dans tout le site :  search
Prenez rendez-vous en ligne.
Accueil > Salle des médias > Salle des médias
Pourquoi donner?
Qui a besoin de sang?
Puis-je donner?
Critères de base pour le don de sang
Questionnaire sur l’état de santé des donneurs
Politique d’exclusion relative au paludisme
Quand puis-je faire un don?
Langue des signes québécoise
HSH
Types de don
Vue d'ensemble
Le sang
Plasma et plaquettes
Cellules souches
Bureau national de financement
Bureau national de financement
Du sang pour la recherche
Comment s'impliquer?
Dans ma collectivité
Envoyez une carte virtuelle!
Participation du public
Bénévoles
Partenaires pour la vie
De quel groupe êtes-vous?
À vos marques, prêts... donnez!
Semaine nationale des donneurs de sang
UniVie
Du sang neuf pour la vie
Ce qu'il faut savoir
Préparation à une pandémie de grippe
Sécurité et dépistage
Recherche-développement
Virus du Nil occidental
Voyages, vMCJ et exclusion
ÉducaSang
Foire aux questions
Formulaires
Devenir bénévole
Nouveaux donneurs
Modification des renseignements
Inscription à UniVie
Inscription à Partenaires pour la vie – organisations
Inscription à Partenaires pour la vie – membre
Inscription à À vos marques, prêts… donnez!
Expérience des donneurs questionnaire
Hôpitaux
Service à la clientèle
Circulaire d'information
Lettres aux clients
Protéines plasmatiques
Site Web - médecine transfusionnelle
Formulaires pour les clients hospitaliers
Formulaires UniVie
Réactions indésirables
 

Déclaration

Politique interdisant aux hommes ayant eu des rapports sexuels avec un autre homme de donner du sang

Le 19 octobre 2011

La Société canadienne du sang est responsable de la sécurité et de la fiabilité de l’approvisionnement en sang. Elle doit par conséquent réduire au minimum les risques de transmission d’agents pathogènes par voie transfusionnelle. Grâce à nos analyses rigoureuses, les cas d’infection transfusionnelle sont extrêmement rares. Nous ne devons cependant prendre aucun risque, car un seul cas serait un cas de trop.

De nombreuses personnes ne sont pas autorisées à donner du sang parce qu’elles ne répondent pas à nos critères. L’un de ces critères interdit aux hommes ayant eu des rapports sexuels avec un autre homme (les HSH) de donner du sang destiné à la transfusion. Les statistiques des autorités sanitaires canadiennes montrent en effet que les risques d’infection par le VIH (virus du sida) sont les plus élevés dans cette catégorie de personnes.

Nous cherchons depuis plusieurs années à rassembler des données qui nous permettraient de justifier la modification du critère visant les HSH. En septembre 2011, le conseil d’administration de la Société canadienne du sang a d’ailleurs adopté une motion selon laquelle nous nous engageons à réévaluer ce critère en vue de ramener l’exclusion permanente actuelle à une exclusion de cinq à dix ans. Un tel changement devra toutefois être approuvé par Santé Canada, qui réglemente nos activités.

Le conseil considère ce changement comme une première étape. Il sera réévalué à la lumière de nouvelles informations et de nouvelles technologies.

Il n’existe aucun consensus au sein de la communauté scientifique internationale en ce qui concerne la période d’exclusion optimale pour les HSH. La plupart des pays appliquent une exclusion permanente. Ailleurs, l’exclusion va généralement de six mois à dix ans.

Au cours des prochains mois, nous consulterons les principales parties concernées et réunirons l’information nécessaire pour demander officiellement à Santé Canada de modifier la période d’exclusion des HSH. Cette demande devrait être présentée d’ici le mois de mars 2012.

Le financement offert dans le cadre de notre Partenariat en science transfusionnelle avec les Instituts de recherche en santé du Canada est par ailleurs toujours disponible pour les chercheurs désireux de réunir les données nécessaires en vue d’une solution à long terme dans ce dossier.

Mentionnons enfin que les critères applicables, d’une part, au don de sang et, d’autre part, au don de cellules souches, d’organes ou de tissus, sont différents. Les hommes dont les derniers rapports sexuels avec un autre homme remontent à plus de cinq ans ne sont pas considérés comme présentant un plus grand risque pour ces types de dons. Si les rapports sexuels ont eu lieu dans les cinq ans précédant un éventuel don, le dossier du donneur indiquera un niveau de risque plus élevé, et ce sera au malade et à son médecin de peser les risques et les avantages de recevoir ses cellules, ses organes ou ses tissus. La tolérance à l’égard des risques est plus grande en raison notamment de l’écart important existant sur le plan de l’offre et de la demande entre le don de sang et les autres types de dons.

Les personnes exclues du don de sang à des fins transfusionnelles sont invitées à donner du sang pour la recherche dans notre centre situé sur le campus de l’Université de la Colombie-Britannique, à Vancouver. Cliquez ici pour en savoir plus.

- 30 -


Top of the page Protection de la vie privée et de l’accès à l’information | Conditions d'utilisation | Copyright © 1998-2014 Société canadienne du sang. Tous droits réservés.