Coronavirus (COVID-19)
|
En savoir plus

Énoncés et rapports

Énoncés et rapports

Énoncé de la Société canadienne du sang concernant la consultation nationale sur une éventuelle banque de sang du cordon ombilical, qui a eu lieu du 1er au 3 juin 2007

À la demande de ses bailleurs de fonds, les ministres provinciaux et territoriaux de la Santé, la Société canadienne du sang a étudié la faisabilité de créer une banque nationale de sang du cordon ombilical.

Au terme d’une étude approfondie de la question, nous en sommes arrivés à la conclusion que le Canada devrait avoir une banque nationale de sang du cordon ombilical et que la Société canadienne du sang serait très bien placée pour participer à sa création et à sa gestion.

Pour confirmer nos hypothèses, nous avons consulté divers intervenants à Ottawa du 1er au 3 juin 2007. Une vingtaine de personnes (représentants de groupes de patients, chercheurs, médecins spécialistes des greffes et représentants de banques publiques de sang du cordon ombilical) y ont participé.

Pendant cette consultation de deux jours et demi, les participants ont partagé leurs points de vue et leurs connaissances dans le but de façonner l’avenir d’une banque publique de sang du cordon ombilical au Canada. Ils se sont généralement entendus sur les principes suivants, entre autres :

Le Canada a besoin de mettre en place une banque publique de sang du cordon ombilical, et il doit amorcer ce processus dès maintenant.

Il serait logique que la Société canadienne du sang soit partenaire de cette initiative, compte tenu de son expérience dans le domaine du prélèvement, du traitement et de la conservation des cellules souches; des liens qu’elle entretient déjà, par l’entremise de son Registre de donneurs non apparentés de moelle osseuse, avec les registres internationaux de donneurs de cellules souches; de ses relations avec quelque 700 hôpitaux au Canada; ainsi que des activités qu’elle exerce déjà en matière de recrutement ciblé de donneurs de sang et de donneurs de moelle osseuse.

Pour répondre de façon optimale aux besoins des patients canadiens, la banque publique de sang du cordon ombilical devra reposer sur une structure solide et refléter la diversité ethnique du pays.

Sur le plan éthique et moral, le Canada a l’obligation de contribuer aux réserves mondiales de cellules souches du sang du cordon ombilical.

La coexistence de banques publiques et privées n’aura pas d’incidence défavorable sur les unes comme sur les autres.

La banque de sang du cordon ombilical devra recevoir l’agrément de Santé Canada et de la Foundation for Accreditation of Cellular Therapy (FACT) et se conformer aux normes internationales les plus strictes en matière de qualité et de sécurité.

Ces recommandations sont au nombre de celles qui seront soumises à l’examen des sous-ministres provinciaux et territoriaux de la Santé plus tard ce mois-ci. Leur examen devra tenir compte des autres priorités de leur gouvernement respectif en matière de santé.

Nous vous tiendrons au courant de l’évolution du dossier sur ce site Web.

À propos de la Société canadienne du sang

La Société canadienne du sang est un organisme de bienfaisance national sans but lucratif dont la mission consiste à gérer, d’une part, l’approvisionnement en sang dans l’ensemble des provinces et des territoires, sauf au Québec, et, d’autre part, le Registre de donneurs non apparentés de moelle osseuse. Forte de son équipe de quelque 4 300 employés et 17 000 bénévoles, elle assure le fonctionnement de 36 établissements permanents de collecte et organise plus de 14 000 collectes de sang par année. La Société canadienne du sang est une organisation non gouvernementale dont les activités sont financées par les ministères provinciaux et territoriaux de la Santé et réglementées au niveau fédéral par Santé Canada.