Coronavirus (COVID-19)
|
En savoir plus

Un long processus de sélection


Un long processus de sélection

Certains donneurs se demandent pourquoi la Société canadienne du sang applique un processus de sélection aussi long, alors qu’elle exécute également des tests de dépistage sur les dons de sang. La Société canadienne du sang analyse chaque don selon des procédures élaborées et fiables. Quoique très efficaces, ces épreuves ne sont toutefois pas infaillibles. Ainsi, pendant la période dite « silencieuse », courte période suivant l’infection, les tests en vigueur ne peuvent déceler de traces virales. L’amélioration des techniques de dépistage a certes permis de réduire cette période silencieuse, mais non de la supprimer.

La période minimale qui doit s'écouler entre deux dons de sang total est de 56 jours. Pour bien des donneurs, cette période peut être beaucoup plus longue. Selon la réglementation, la Société canadienne du sang doit considérer chaque don comme distinct.

Certaines personnes ont suggéré que le personnel de sélection ne pose toutes les questions qu'aux nouveaux donneurs. Cela permettrait d'accélérer le don de sang des donneurs habituels, auxquels on pourrait demander seulement si quelque chose a changé depuis la dernière fois qu'ils ont donné du sang.

Cela serait dangereux. Répondre aux questions exige du temps, car les questions sont très détaillées. Des donneurs bien intentionnés pourraient facilement oublier un détail apparemment sans importance. S'il arrivait que ce détail soit un facteur de risque, le fait d'écourter le processus de sélection pourrait avoir des conséquences désastreuses.

Bref, la sélection des donneurs demande du temps, mais quelques minutes de prudence valent mieux que des années de regrets.