Financial donations

Breadcrumb trail

Vous avez besoin d’aide ou souhaitez nous faire part de vos commentaires?

Vous avez des soucis avec votre compte ou souhaitez faire une suggestion? La Société canadienne du sang vous offre plusieurs moyens pratiques et rapides pour résoudre vos problèmes et communiquer avec nous : vous pouvez clavarder avec nous en direct, consulter notre foire aux questions, nous envoyer un courriel à feedback@blood.ca, ou encore nous appeler au 1 866 JE DONNE (1-866-533-6663).

Charles

Charles a six mois quand ses parents apprennent qu’il est atteint de la drépanocytose, une maladie génétique qui provoque une anémie en altérant la forme des globules rouges, ce qui provoque des crises très douloureuses et peut endommager certains organes.

L’enfance de Charles a donc été marquée par de fréquents séjours à l’hôpital, certains pouvant durer plusieurs mois. Il en a gardé un très mauvais souvenir, se demandant même s’il pourrait un jour vivre normalement, sans douleur.

C’est lors d’une énième hospitalisation, à quatorze ans, que sa vie change enfin : les médecins décident de lui faire une transfusion de sang toutes les six semaines pour remplacer ses globules rouges défectueux.

« On en était arrivé au point où c’était très difficile de me poser des intraveineuses à cause de l’accumulation de tissu cicatriciel. Les transfusions de sang toutes les six semaines ont complètement changé ma vie : je me suis dit qu’enfin je pourrais avoir une vie normale comme les autres ados. »

À cause de ces absences répétées en 9e année, les professeurs de Charles ne pensaient pas qu’il pourrait recevoir son diplôme en même temps que ses camarades. Il a non seulement reçu son diplôme en même temps que tout le monde, mais c’est lui qui a prononcé le discours d’adieu de sa classe! Il a depuis relevé beaucoup d’autres défis. Il a fait des études universitaires et est maintenant à la tête de sa propre agence de marketing.

À ce jour, Charles a reçu plus de 100 transfusions. Il en aura encore besoin de plusieurs centaines tout au long de sa vie. Beaucoup sont dans ce cas. Le Canada a besoin de 100 000 nouveaux donneurs chaque année pour pouvoir répondre aux besoins des patients.

« Pendant qu’on me fait mes transfusions, je pense aux gens qui donnent leur sang et à ceux qui donnent de l’argent. Tout cela ne serait pas possible sans eux. Je me demande s’ils savent à quel point je leur suis reconnaissant… ou peut-être qu’un jour je tomberai sur l’un d’entre eux au coin d’une rue. Chacune des personnes que je suis amené à rencontrer m’a peut-être sauvé la vie. »

 

 

Les dons en argent sauvent aussi des vies.