Accueil
1 866 JE DONNE(1 866 533-6663)
COLLECTESDONNEURSBÉNÉVOLESHÔPITAUXSALLE DES MÉDIASÀ NOTRE SUJETCARRIÈRES
Trouvez une collecte :  search Cherchez dans tout le site :  search
Prenez rendez-vous en ligne.
Accueil > Ce qu'il faut savoir > TRALI
Pourquoi donner?
Qui a besoin de sang?
Puis-je donner?
Critères de base pour le don de sang
Questionnaire sur l’état de santé des donneurs
Politique d’exclusion relative au paludisme
Quand puis-je faire un don?
Langue des signes québécoise
HSH
Types de don
Vue d'ensemble
Le sang
Plasma et plaquettes
Cellules souches
Bureau national de financement
Bureau national de financement
Du sang pour la recherche
Comment s'impliquer?
Dans ma collectivité
Envoyez une carte virtuelle!
Participation du public
Bénévoles
Partenaires pour la vie
De quel groupe êtes-vous?
À vos marques, prêts... donnez!
Semaine nationale des donneurs de sang
UniVie
Du sang neuf pour la vie
Ce qu'il faut savoir
Préparation à une pandémie de grippe
Sécurité et dépistage
Recherche-développement
Virus du Nil occidental
Voyages, vMCJ et exclusion
ÉducaSang
Foire aux questions
Formulaires
Devenir bénévole
Nouveaux donneurs
Modification des renseignements
Inscription à UniVie
Inscription à Partenaires pour la vie – organisations
Inscription à Partenaires pour la vie – membre
Inscription à À vos marques, prêts… donnez!
Expérience des donneurs questionnaire
Hôpitaux
Service à la clientèle
Circulaire d'information
Lettres aux clients
Protéines plasmatiques
Site Web - médecine transfusionnelle
Formulaires pour les clients hospitaliers
Formulaires UniVie
Réactions indésirables
 

Syndrome respiratoire aigu post-transfusionnel (TRALI)

La Société canadienne du sang prend des mesures pour réduire davantage le risque de syndrome respiratoire aigu post-transfusionnel (TRALI), une réaction grave pouvant survenir chez certains receveurs de produits sanguins (mais non chez les donneurs). La plupart des changements apportés seront appliqués en coulisse et n'auront aucune incidence sur les donneurs.

Les renseignements suivants devraient vous aider à mieux comprendre la situation.

Qu'est-ce que le TRALI?
Le TRALI est une complication rare qui peut mettre en danger la vie des transfusés. Les difficultés respiratoires qu'il provoque peuvent être aussi bien légères que potentiellement mortelles. On estime généralement que l'incidence du TRALI est de 1 cas pour 5 000 unités transfusées.

Qu'est-ce que le TRALI?
Le TRALI est une complication rare qui peut mettre en danger la vie des transfusés. Les difficultés respiratoires qu'il provoque peuvent être aussi bien légères que potentiellement mortelles. On estime généralement que l'incidence du TRALI est de 1 cas pour 5 000 unités transfusées.

Qu'est-ce qui cause le TRALI?
Nous ne connaissons que partiellement les causes du TRALI. Il faut cependant savoir que cette réaction post-transfusionnelle se produit la plupart du temps lorsque des anticorps présents dans le sang de certains donneurs réagissent avec des protéines incompatibles présentes chez certains receveurs. Une atteinte pulmonaire peut alors survenir chez le transfusé.

Qui est porteur de ces anticorps?
Les femmes ayant eu plusieurs grossesses et les personnes (hommes ou femmes) ayant reçu des transfusions sont le plus souvent porteuses des anticorps en cause dans le TRALI. La présence de ces anticorps n'a rien d'anormal chez ces personnes et ne compromet aucunement leur santé. Ce n'est que lorsqu'ils entrent en contact avec des protéines incompatibles lors de la transfusion d'un produit sanguin qu'une réaction peut survenir chez le receveur.

Quels sont les produits sanguins qui peuvent déclencher le TRALI?
Le risque de TRALI varie d'un composant sanguin à l'autre. Comme on retrouve les anticorps dans la partie liquide du sang (le plasma), on estime que ce sont les produits à volume plasmatique élevé qui risquent le plus de causer le TRALI.

Voici des composants à volume plasmatique élevé :

  • les plaquettes obtenues par aphérèse,
  • le plasma congelé,
  • le plasma frais congelé,
  • le plasma recueilli simultanément pendant un don de plaquettes d'aphérèse,
  • le plasma surnageant de cryoprécipité,
  • les plaquettes extraites du sang total,
  • le plasma-aphérèse frais congelé.

Quelle est l'incidence du TRALI?
Des professionnels de la santé estiment que le TRALI est sous-diagnostiqué et sous-déclaré, ce qui complique le calcul de son incidence. Toutefois, on estime généralement qu'un cas de TRALI survient par tranche de 5 000 unités transfusées. De plus, selon la Food and Drug Administration des États-Unis, le TRALI figure parmi les trois principales causes de décès attribuables à une transfusion dans ce pays.

Ne soumettez-vous pas tous les dons de sang à des analyses?
Oui, la Société canadienne du sang soumet chaque don de sang ou de composant sanguin qu'elle recueille à plusieurs épreuves de dépistage de maladies infectieuses. Or, le TRALI n'est pas une maladie, mais plutôt une réaction. Il ne peut donc pas être détecté par une analyse de laboratoire.

Quelle est la position de la Société canadienne du sang sur la réduction du risque de TRALI?
La Société canadienne du sang poursuit la mise en place de mesures de réduction du risque de TRALI, amorcée à l'automne 2007 par l'utilisation privilégiée de plasma de donneurs de sexe masculin pour la préparation de plasma congelé, de plasma frais congelé, de plasma surnageant de cryoprécipité et de plasma destiné aux mélanges de plaquettes.

En mars 2008, nous avons commencé à affecter les unités de plasma-aphérèse à deux usages, selon le sexe du donneur : le plasma provenant de donneurs de sexe masculin serait acheminé aux hôpitaux et le plasma provenant de donneuses serait envoyé aux établissements de fractionnement.

À compter du 20 juillet 2009, les femmes ayant eu des grossesses, qu'elles aient été menées à terme ou non, ne pourront plus donner de plaquettes, sauf dans des circonstances exceptionnelles. En effet, les femmes ayant déjà été enceintes présentent le plus de risques de développer des anticorps susceptibles de déclencher une réaction de TRALI chez un patient transfusé.

Ces mesures s'inspirent des meilleures pratiques recommandées par des organismes comme l'American Association of Blood Banks, qui encouragent les pays à prendre les dispositions nécessaires pour réduire le risque de TRALI chez les transfusés.

Pourquoi le plasma-aphérèse d'une femme est-il sûr pour la préparation d'un produit de fractionnement, mais pas pour la transfusion?
Le TRALI est rarement associé aux produits de fractionnement, puisque le plasma provenant de donneuses est dilué dans un mélange de plasma provenant de milliers de dons. Tout anticorps néfaste qui pourrait être présent est ainsi dilué dans le reste du plasma contenu dans ce mélange.

J'ai déjà eu une grossesse. Cela veut-il dire que je ne peux plus donner de plaquettes?
Les femmes qui ont eu des grossesses, qu'elles aient été menées à terme ou non, ne pourront plus donner de plaquettes, sauf dans des circonstances exceptionnelles, notamment : besoin de plaquettes d'aphérèse HLA ou HPA compatibles, de plaquettes déficientes en IgA ou pénurie grave de plaquettes (le besoin d'un produit rare l'emporte alors sur le risque accru de TRALI associé à ce donneur particulier). Nos autres critères continueront de s'appliquer.

J'ai déjà reçu une transfusion sanguine. Devrais-je cesser ou éviter de donner du sang?
Il est probable que vous ne soyez exclu que pendant 12 mois. Cela dépend de la raison pour laquelle on vous a transfusé du sang. Si vous avez reçu une transfusion dans le cadre du traitement d'un cancer, votre exclusion sera permanente à cause de la maladie. D'autres critères peuvent également entraîner une exclusion permanente.

Comment savoir si mon sang, mon plasma ou mes plaquettes peuvent être dangereux pour un receveur?
Le questionnaire sur l'état de santé des donneurs (qui fait partie du Dossier du don de sang) a pour but d'aider le personnel infirmier à déterminer si un donneur potentiel présente une maladie ou un trouble médical l'empêchant de donner du sang. La Société canadienne du sang, comme tout autre organisme de collecte de sang, doit en outre mettre à jour les critères d'admissibilité qu'elle applique à mesure que l'on découvre de nouveaux pathogènes ou de nouveaux risques. Il faut également savoir que chaque unité de sang recueillie fait l'objet de diverses épreuves de dépistage de maladies. Les donneurs obtenant un résultat positif à l'une ou l'autre de ces épreuves en sont avisés, et leurs composants sont rejetés.


Top of the page Protection de la vie privée et de l’accès à l’information | Conditions d'utilisation | Copyright © 1998-2014 Société canadienne du sang. Tous droits réservés.