preview.blood.ca

Sang.ca se refait une jeunesse!

Visitez notre nouveau site et dites-nous ce que vous en pensez. L’ancien site
restera ouvert tant que nous peaufinons le nouveau.

Voir le nouveau site Web ►
 
Accueil
1 866 JE DONNE(1 866 533-6663)
COLLECTESDONNEURSBÉNÉVOLESHÔPITAUXSALLE DES MÉDIASÀ NOTRE SUJETCARRIÈRES
Trouvez une collecte :  search Cherchez dans tout le site :  search
Prenez rendez-vous en ligne.
Accueil > Ce qu'il faut savoir > VNO
Pourquoi donner?
Qui a besoin de sang?
Puis-je donner?
Critères de base pour le don de sang
Questionnaire sur l’état de santé des donneurs
Politique d’exclusion relative au paludisme
Quand puis-je faire un don?
Langue des signes québécoise
HSH
Types de don
Vue d'ensemble
Le sang
Plasma et plaquettes
Cellules souches
Bureau national de financement
Bureau national de financement
Du sang pour la recherche
Comment s'impliquer?
Dans ma collectivité
Envoyez une carte virtuelle!
Participation du public
Bénévoles
Partenaires pour la vie
De quel groupe êtes-vous?
À vos marques, prêts... donnez!
Semaine nationale des donneurs de sang
UniVie
Du sang neuf pour la vie
Ce qu'il faut savoir
Préparation à une pandémie de grippe
Sécurité et dépistage
Recherche-développement
Virus du Nil occidental
Voyages, vMCJ et exclusion
ÉducaSang
Foire aux questions
Formulaires
Devenir bénévole
Nouveaux donneurs
Modification des renseignements
Inscription à UniVie
Inscription à Partenaires pour la vie – organisations
Inscription à Partenaires pour la vie – membre
Inscription à À vos marques, prêts… donnez!
Expérience des donneurs questionnaire
Hôpitaux
Service à la clientèle
Circulaire d'information
Lettres aux clients
Protéines plasmatiques
Site Web - médecine transfusionnelle
Formulaires pour les clients hospitaliers
Formulaires UniVie
Réactions indésirables
 

Foire aux questions concernant le virus du Nil occidental

Le virus du Nil occidental (VNO) et le système d'approvisionnement en sang

Le VNO et moi

  1. Qu'est-ce que le VNO?
  2. Devrais-je donner du sang même si j’ai été piqué par un moustique?
  3. Qu’adviendrait-il si j’avais besoin d’une transfusion cet été?
  4. Les unités de sang recueillies font-elles toutes l’objet d’un test de dépistage du VNO?

Aperçu des précautions qui sont prises à l'égard du VNO

  1. Quel est le plan d’action de la Société canadienne du sang pour le dépistage du VNO?
  2. Une fois que vous aurez commencé à pratiquer le dépistage sur échantillons individuels, continuerez-vous de le faire pendant le reste de l’été?
  3. Prenez-vous d’autres mesures?
  4. Que faites-vous si vous découvrez qu’une personne ayant récemment donné du sang a contracté le VNO?
  5. Que faites-vous si vous apprenez qu’un transfusé a contracté le VNO?

Dépistage

  1. Quelle est la différence entre le dépistage sur mélanges et le dépistage sur échantillons individuels?
  2. Quel est l’avantage du dépistage sur échantillons individuels par rapport au dépistage sur mélanges?
  3. Dans quelle mesure le test est-il efficace?

Autres questions

  1. Dans quelle mesure envisagez-vous de suspendre les collectes de sang?
  2. Pouvez-vous raisonnablement cesser de recueillir du sang dans certaines régions?

Le VNO et moi

1. Qu'est-ce que le VNO?

Le virus du Nil occidental (VNO) est véhiculé par des moustiques et frappe principalement les oiseaux. Au cours de la dernière décennie, de nombreux cas d’infection ont toutefois été observés chez les humains en Europe, au Moyen-Orient et en Russie. Les premiers cas humains d’infection au VNO en Amérique du Nord ont été signalés en 1999, dans l’état de New York.

Les personnes exposées au virus ne développent pas toutes de graves maladies ni de symptômes. En fait, l’infection est asymptomatique dans 80 p. 100 des cas. Par contre, 20 p. 100 des personnes infectées manifestent des symptômes de type grippal (fièvre, frissons, etc.) et moins de 1 p. 100 présenteront de sévères symptômes tels qu’une encéphalite ou une méningite (inflammation des membranes enveloppant le cerveau ou du cerveau lui-même).

En outre, la diffusion de ce virus est saisonnière. Elle se produit généralement pendant l’été, en présence des moustiques. La période d’incubation chez les humains (du moment de l’infection à l’apparition des symptômes) est de 3 à 14 jours en moyenne. Chez les personnes ayant une déficience immunitaire, les symptômes peuvent toutefois mettre jusqu’à 28 jours à se développer. Si aucun signe n’apparaît au bout d’un mois (28 jours), c’est qu’il s’agit d’un cas asymptomatique ou que la personne n’a pas été infectée.

/\ Haut de la page

2. Devrais-je donner du sang même si j’ai été piqué par un moustique?

Oui. Si vous remplissez les critères d’admissibilité pour donner du sang, le meilleur moyen d’apporter votre aide est de retrousser vos manches et de contribuer à une collecte. Chacun de vos dons permettra de sauver ou d’améliorer jusqu’à trois vies. En outre, plus vous ferez de dons, mieux nous serons en mesure de protéger le système du sang contre le VNO.

Sachez que :

  • vous ne pouvez contracter le VNO en donnant du sang;
  • rares sont les moustiques porteurs du VNO;
  • les piqûres de moustiques ne constituent pas un motif d’exclusion du don de sang;
  • un test de dépistage du VNO est pratiqué sur chaque unité de sang collectée.

Une pénurie de sang durant l’été et l’automne représente le plus grand risque qui soit pour les personnes dépendant de transfusions.

/\ Haut de la page

3. Qu’adviendrait-il si j’avais besoin d’une transfusion cet été?

Il faut savoir qu’en situation d’urgence, les bienfaits d’une transfusion sanguine contrebalancent les risques liés au VNO. Au cours des trois dernières années, plus d’un million d’unités de composants sanguins ont été transfusées au Canada, et davantage aux États-Unis, pendant les saisons à risque. Aucun cas de transmission du VNO par voie transfusionnelle n’a été enregistré au Canada. Aux États-Unis, bien qu’aucun cas n’ait été recensé en 2005, 12 cas ont été confirmés à ce jour, à savoir 6 en 2003 et 6 en 2004.

Nul ne saurait prévoir la propagation du VNO pour cette année, mais nous nous sommes préparés à toute éventualité. Nous avons, cette année encore, pris différentes mesures pour protéger au mieux les transfusés.

/\ Haut de la page

4. Les unités de sang recueillies font-elles toutes l’objet d’un test de dépistage du VNO?

Depuis le mois de juillet 2003, nous soumettons chaque unité de sang à un test expérimental conçu par Roche Diagnostics en vue de dépister ce virus. En cas de résultat positif, nous éliminons l’unité et excluons le donneur pour une période de 56 jours, intervalle de temps nécessaire pour que le sang ne présente plus de risques de contamination.

/\ Haut de la page

Aperçu des précautions qui seront prises en 2005 à l'égard du VNO

1. Quel est le plan d’action de la Société canadienne du sang pour le dépistage du VNO en 2005?

Nous continuerons de soumettre chaque unité de sang recueillie au test expérimental de dépistage de Roche Diagnostics en ayant recours à un procédé consistant à mélanger des échantillons provenant de six donneurs. Lorsque le mélange d’échantillons réagit positivement au test de dépistage du VNO, nous soumettons chaque unité de sang à une épreuve individuelle pour détecter l’unité infectée, qui est ensuite éliminée. Nous retirerons toute unité dans laquelle le VNO aura été mis en évidence, et les donneurs correspondants seront exclus du don de sang pendant 56 jours.

Nous commencerons à appliquer le dépistage sur échantillons individuels dans une région sanitaire lorsque la présence du virus sera détectée dans une unité de sang lors de l’épreuve sur mélange ou lorsque des cas récents d’infection chez les humains seront recensés dans la population de cette région selon une incidence supérieure à une personne sur 1 000, en milieu rural, et à une personne sur 2 500, en milieu urbain.

Une fois que le dépistage sur échantillons individuels aura été instauré dans une région sanitaire donnée, il pourra s’étendre à des régions voisines si nos médecins jugent cette mesure appropriée et si la capacité du système du sang le permet.

Le dépistage sur échantillons individuels cessera dans la région sanitaire touchée après sept jours. Durant cette période, si le VNO est mis en évidence dans de nouveaux dons lors du test de dépistage de ce virus ou si le nombre de cas humains d’infection est supérieur au seuil établi (1 sur 1 000 en milieu rural et 1 sur 2 500 en milieu urbain) dans cette région, une nouvelle période de sept jours s’amorcera.

Partout où le dépistage sur échantillons individuels n’aura pas été mis en application, les unités de sang continueront d’être soumises à l’épreuve sur mélange.

Nous ne ménagerons aucun effort pour offrir à la population un approvisionnement en sang sûr et fiable. En cas d’épidémie importante et étendue, les seuils de mise en application ou d’arrêt du dépistage sur échantillons individuels dans une région sanitaire pourront être modifiés pour tenir compte de la capacité limitée du système du sang d’appliquer cette méthode et de la nécessité, pour nous, de maintenir un approvisionnement en sang adéquat. Nous pourrons également envisager d’annuler des collectes dans les zones d’activité intense du virus chez l’humain, tout en augmentant le nombre de collectes dans les régions où l’activité du VNO sera plus faible, voire nulle.

/\ Haut de la page

2. Une fois que vous aurez commencé à pratiquer le dépistage sur échantillons individuels, continuerez-vous de le faire pendant le reste de l’été?

Le dépistage sur échantillons individuels cessera dans la région sanitaire touchée après sept jours. Durant cette période, si de nouveaux dons contaminés sont détectés ou si le nombre de cas humains d’infection est supérieur au seuil établi (1 sur 1 000 en milieu rural et 1 sur 2 500 en milieu urbain) dans cette région, une nouvelle période de sept jours s’amorcera.

Nous ne ménagerons aucun effort pour offrir à la population un approvisionnement en sang sûr et fiable. En cas d’épidémie importante et étendue, les seuils de mise en application ou d’arrêt du dépistage sur échantillons individuels dans une région sanitaire pourront être modifiés pour tenir compte de la capacité limitée du système du sang d’appliquer cette méthode et de la nécessité, pour nous, de maintenir un approvisionnement en sang adéquat. Nous pourrons également envisager d’annuler des collectes dans les zones d’activité intense du virus chez l’humain, tout en augmentant le nombre de collectes dans les régions où l’activité du VNO sera plus faible, voire nulle.

/\ Haut de la page

3. Prenez-vous d’autres mesures?

Oui. En plus de soumettre chaque unité de sang recueillie à des tests, nous appliquons diverses mesures complémentaires pour protéger le système du sang contre le VNO. Voici quelques-unes d’entre elles :

  1. Exclusion des donneurs malades – Nous excluons les personnes qui ne se sentent pas bien le jour de leur don et demandons aux donneurs qui commencent à se sentir mal dans les jours suivant leur don de communiquer avec la Société canadienne du sang;


  2. Retrait des unités infectées – Nous retirerons toute unité de sang dans laquelle le VNO aura été mis en évidence, et les donneurs correspondants seront exclus du don de sang pendant 56 jours;


  3. Surveillance – La Société canadienne du sang continuera de collaborer étroitement avec l’Agence de santé publique du Canada et Héma-Québec, ainsi qu’avec les services de santé et les laboratoires de santé publique de tout le pays, afin d’être mis immédiatement au courant de cas humains d’infection au VNO et de prendre les mesures qui s’imposent;


  4. Annulation de collectes de sang dans les régions fortement touchées, au besoin – Si l’activité du VNO est plus importante que prévu, la Société canadienne du sang pourra, à titre de précaution supplémentaire, annuler des collectes de sang dans les régions fortement touchées.

/\ Haut de la page

4. Que faites-vous si vous découvrez qu’une personne ayant récemment donné du sang a contracté le VNO?

Nous vérifions systématiquement qu’aucun donneur ne fait partie des cas probables ou confirmés de personnes porteuses du VNO signalés par les autorités de la santé publique. Si nous découvrons que l’une de ces personnes a donné du sang il y a peu de temps, nous retirons de la chaîne transfusionnelle toute unité de sang lui étant associée. Chaque unité de sang total pouvant être divisée en plusieurs unités de composants sanguins et servir à diverses fins, plusieurs transfusés peuvent être concernés. Si une partie du sang a déjà été transfusée, les médecins traitants des receveurs en sont informés afin d’entreprendre le suivi nécessaire.

/\ Haut de la page

5. Que faites-vous si vous apprenez qu’un transfusé a contracté le VNO?

Nous interdisons aux personnes dont provient le sang qui lui a été transfusé de faire des dons tant qu’ils portent en eux le virus. En outre, nous retirons de la circulation et détruisons toute unité de composants sanguins issus des donneurs en cause. Il n’est pas rare qu’une même personne reçoive plusieurs transfusions et que chaque unité de sang provienne d’un donneur différent. Si des composants des donneurs concernés ont été administrés à d’autres patients, les médecins traitants de ces derniers en sont informés.

/\ Haut de la page

Dépistage

1. Quelle est la différence entre le dépistage sur mélanges et le dépistage sur échantillons individuels?

Le dépistage sur mélanges est la méthode couramment utilisée pour dépister le VNO en Amérique du Nord. Ce type d’épreuve est réalisé sur un mélange d’échantillons de sang provenant de plusieurs donneurs. Chaque unité de sang est soumise à l’épreuve, au sein d’un mélange d’échantillons, ce qui permet aux fournisseurs de sang de tester rapidement et efficacement le volume élevé de sang requis pour répondre aux besoins toujours croissants des patients. Lorsqu’un mélange réagit positivement au test, chacun des échantillons est alors analysé individuellement, et l’unité ou les unités infectées sont détruites. Les unités de sang dont l’échantillon n’a pas réagi positivement au test de dépistage du VNO pourront être utilisées. Cette méthode, appelée dépistage sur mélanges, permet à la Société canadienne du sang d’analyser rapidement le volume élevé de sang dont les hôpitaux ont besoin chaque jour.

Le dépistage sur échantillons individuels est instauré lorsqu’on constate que le système du sang est exposé à un risque plus élevé. Cette méthode consiste à analyser individuellement les échantillons des unités de sang. Puisqu’il faut alors beaucoup plus de temps pour réaliser les épreuves, les produits sanguins ne peuvent être mis à la disposition des personnes qui en ont besoin aussi rapidement. Bien que cette méthode nécessite plus de matériel et de main-d’œuvre, on estime qu’elle permet de détecter plus efficacement un virus présent en faible concentration étant donné que les échantillons infectés ne sont pas dilués dans un mélange. C’est pourquoi on y a recours lorsque le système du sang est exposé à un risque plus élevé.

/\ Haut de la page

2. Quel est l’avantage du dépistage sur échantillons individuels par rapport au dépistage sur mélanges?

Lorsqu’une personne vient d’être infectée par le VNO, la charge virale dans son sang est très faible. Le fait de pratiquer le test de dépistage sur des échantillons individuels permet d’éviter l’effet de dilution et de détecter une très faible charge virale. C’est la raison pour laquelle on préconise cette méthode lorsque le système du sang est exposé à un plus grand risque.

/\ Haut de la page

3. Dans quelle mesure le test est-il efficace?

Bien qu’encore expérimental, ce test a permis de renforcer considérablement la sécurité de l’approvisionnement en sang. Comme pour tout test expérimental, d’importants efforts sont sans cesse déployés pour le perfectionner.

Depuis juillet 2003, nous soumettons toutes les unités de sang recueillies au test de dépistage du VNO. À ce jour, 29 unités contaminées ont été détectées : 14 en 2003, aucune en 2004 et 15 en 2005. Ces unités ont toutes été détruites, ce qui a permis d’éviter une contamination transfusionnelle.

Il n’y a apparemment eu aucun cas de transmission du VNO par transfusion au Canada depuis l’instauration du test.

Cependant, bien qu’aucun cas de transmission par transfusion n’ait été signalé en 2005 aux États-Unis, les Centers for Disease Control and Prevention indiquent que six cas d’infection au VNO ont été recensés aux États-Unis en 2003, et six cas en 2004 sont liés à la transfusion d’unités de sang infecté n’ayant pas été repérées lors des tests de dépistage. Étant donné que nous avons recours à la même technique de dépistage que nos homologues américains, nous ne sommes pas non plus totalement à l’abri, bien que les risques soient très faibles. Aussi prenons-nous des précautions supplémentaires pour protéger l’approvisionnement en sang contre le VNO.

/\ Haut de la page

Autres questions

1. Dans quelle mesure envisagez-vous de suspendre les collectes de sang?

Si les circonstances l’exigent, nous envisagerons d’interrompre les collectes dans les régions particulièrement touchées par le VNO, régions qui seront clairement délimitées.

/\ Haut de la page

2. Pouvez-vous raisonnablement cesser de recueillir du sang dans certaines régions?

Plus nous collectons de sang, plus nous avons de moyens à notre disposition pour protéger les transfusés. Il est donc particulièrement important que les gens continuent de nous apporter généreusement leur contribution. Si nous recueillons suffisamment de dons durant la saison estivale, nous pourrons éventuellement nous permettre de suspendre les collectes dans certaines régions. Nous avertirons la population suffisamment à l’avance si jamais nous décidons d’annuler des collectes.

Version imprimable
VNO
Virus du Nil occidental
Plan d'action contre le VNO
Foire aux questions - VNO
Communiqués et énoncés concernant le VNO

Top of the page Protection de la vie privée et de l’accès à l’information | Conditions d'utilisation | Copyright © 1998-2014 Société canadienne du sang. Tous droits réservés.